Un tournant dans l’égalité hommes-femmes

Les secteurs d’activités sont inégalitaires dans leur répartition hommes femmes. La fonction publique compte 62 % de femmes contre 44 % dans le secteur privé selon le rapport annuel sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique, publié en 2015.

Les femmes sont surreprésentées dans le secteur tertiaire. 44,8 % des emplois féminins sont concentrés dans quelques secteurs peu rémunérateurs : l’administration publique, le santé/social, ou l’enseignement selon l’Insee. Dans l’enseignement, les femmes sont fortement représentées. Cependant plus le niveau s’élève, moins elles sont présentes. En élémentaire et secondaire, les femmes sont majoritaires, dans l’enseignement supérieur, elles sont moins de 40 %.

Le secteur de la santé emploie une majorité de femmes. Les infirmières représentent 87 % des effectifs et 8 infirmiers sur 10 sont des femmes et bientôt, 1 médecin sur 2 sera une femme. Beaucoup d’hommes médecins sont en effet proches de la retraite. Les femmes sont très présentes en gestion et administration des entreprises (compta, finance, RH…). La part de l’emploi féminin y est en hausse, notamment chez les cadres où elle pourrait atteindre 57 % à l’horizon 2022. Dans la banque et l’assurance, les femmes sont majoritaires dans les effectifs et les recrutements. Les femmes représentent moins de 30 % des effectifs dans les secteurs qui recrutent comme l’informatique/numérique, le commerce/vente, l’ingénierie/R&D.

Si les inégalités tendent à se réduire dans les grands groupes pour le bas de l’échelle, la situation évolue très lentement dans le « top ». On compte toujours moins de 15% de femmes dans les « Comex » (comités exécutifs) des sociétés cotées. Certaines entreprises cherchent à faire évoluer la situation font mieux, comme Veolia qui vise les 40% de femmes au conseil d’administration en 2017. Chez Axa France, depuis le 1er juin, quatre femmes et quatre hommes siégeront au comité exécutif au côté du président. Les mentalités évoluent lentement et cela prendra du temps pour arriver à une égalité parfaite.

Agir pour l’égalité professionnelle hommes-femmes est devenu primordial pour les entreprises que ce soit dans les processus de recrutement et de formation, dans les promotions, dans les conditions de travail ou même dans l’articulation entre vie privée et vie professionnelle. Les entreprises vont essayer d’obtenir le label d’égalité professionnelle (AFNOR). Cela va accélérer la transformation des entreprises et encourager les responsables des ressources humaines à développer cette égalité professionnelle hommes-femmes au sein des entreprises.

Le label Égalité est la marque d’organismes novateurs dans leur approche de l’égalité entre les femmes et les hommes. Il récompense l’exemplarité de leurs pratiques dans ce domaine. Ce label concrétise une volonté politique forte, celle de valoriser l’égalité professionnelle au cœur des entreprises comme des institutions. Il est encouragé par l’État, soutenu par les partenaires sociaux, le label Égalité peut être décerné à toute entreprise, association ou administration, quelle que soit sa taille ou son activité.

Depuis le 10 mars 2005, date de la première labellisation, un nombre croissant d’organismes, issus de secteurs aussi variés que l’électronique, les transports, les assurances, la communication… se sont ainsi employés à l’obtenir. Près de 750 000 salariées travaillant au sein d’entreprises ou d’administrations sont aujourd’hui concernés et bénéficient de cette démarche d’égalité.

Si vous souhaitez obtenir ce label pour votre entreprise :

https://www.afnor.org/se-faire-certifier/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page