Enquête sur l’engagement des salariés

Mesurer l’impact reste complexe

Les entreprises reconnaissent l’impact de l’engagement des salariés, mais sa valorisation auprès de la direction générale demeure un défi : tel est l’un des principaux enseignements d’une étude menée par Oracle. Intitulée « Oracle Simply Talent : la situation en Europe Occidentale », cette étude examine des entretiens menés auprès de 250 décideurs RH travaillant pour de grandes entreprises d’Europe Occidentale

Ainsi, en France, 36% des employeurs disent qu’il est difficile de mesurer le ROI de l’engagement sur l’activité globale de l’entreprise.

Cette étude montre aussi que actuellement les entreprises utilisent plutôt les enquêtes annuelles de satisfaction et seulement 37% des analyses avancées au niveau Européen (50% des entreprises en France).

 Les managers ont plus d’impact que les RH

L’impact des RH dans cet engagement est perçu comme extrêmement limité (4% en France). Ce sont les responsables opérationnels et l’équipe dirigeante qui sont perçus comme les plus importants. Le comportement et la communication de ceux-ci est souvent évoquée comme responsable de leur manque d’engagement au travail.

Des facteurs favorisant l’engagement

Parmi les éléments  favorisant l’engagement sont notés un environnement de travail sain, sûr et confortable, la souplesse des horaires de travail et les possibilités de formation.

L’utilisation des nouvelles technologies est encore limitée pour l’amélioration de l’engagement des salariés – 18% des employeurs en Europe indiquent que c’est un facteur clef, mais représente beaucoup d’opportunités de progrès pour digitaliser l’expérience des collaborateurs et booster leur engagement.

Haut de page